Rechercher
  • Amelia Melodiadestrellas

Un souffle a la fois.

Comme un rêve qui ne fini plus.

Je me surprends parfois à espérer que le tout arrête... mais en vrai je sais qu'il n'y a nul part d'autre ou aller.. et que ce jeu du mental de la résistance et du ''mieux ailleurs'' n'est qu'illusion.

Quel cadeau ce voyage.. ce voyage au Pérou, ce voyage interne, ce voyage international du Corona.

Ce temps de questionnement, de remise en question, ce temps de prendre le temps de réfléchir et de s'observer..

Et pas juste un peu, mais en profondeur.


Je ne sais pas pour toi, mais pour moi j'ai plonger à fond dans l'expérience!


Intéressant les vagues du confinement..

L'éclosion du en ligne, le partage, l'inspiration de s'unir en force..

La révolte; un mélange de colèere, de peur, de tristesse, d'impuissance face à l'inconnnu et à la conspiration.

L'introspection; le besoin de couper avec tout pour plonger à l'intérieur, connecter à la vie et au processus individuel qui est aussi collectif.

Le lâcher-prise et l'acceptation que c'est encore le confinement ;)


Une partie de mon processus d'introspection:


Comment développer la présence d'accueillir.

Alors que je cultive la conscience de me rencontrer à travers chaque moment, parfois je deviens overwhealm. Ouf, pas facile de faire face à tout ce que je suis et de trouver assez d'amour pour accueillir la vie qui me traverse.

Je suis, ici maintenant, dans ça... je me répète.

Déclanchée par la projection de mes propres parties blessés sur les autres.

Les vagues d'émotions qui me transpercent.

Je respire.

Le seul moment qui existe est le ici maintenant... je me répète.

Je n'ai peut-être pas la satisfaction mentale de comprendre comment m'en sortir.

Mais j'ai le souffle qui tisse le moment de présence.

Dans cette confiance que le tout n'est qu'une opportunité d'expérimenter Amélie dans toute ses couleurs et de réécrire l"histoire avec plus de présence, de calme et de paix.


La nature qui m'accompagne et accueil ce que je ne suis pas capable d'accueillir seule.


Des discussions qui me souviennent le chemin déjà accomplie et la souffrance encore vivante de d'autres humains.


Se dissouent les peurs en ouvrant mon coeur.

Je rencontre ma rigidité mentale de taureau, qui pense qui sait comment les choses doivent être. Comment devrait être pratiquer le yoga, structures des asanas, le souffle, comment devrait être tenue une cérémonie, une loge de sudation, un tipi, comment telle ou telle chanson devrait être chanter...

Le tout me gardant dans une transe mentale...

En ouvrant mon coeur, se dissouent les peurs.

J'apprend ce qui fait sens pour moi, et le respect de ce qui fait sens pour les autres.

En rafinant mon respect pour la vérité de chacun.

J'apprends à observer sans réagir.


Le jugement versus le discernement.

Quand écouter, entendre, et quand partager?

Je rencontre ma vulnérabilité qui n'a pas envie de se faire mentaliser des conseils, mais de se faire accueillir.

Je me souviens comment délicat partager est.

Comment entendre ce que l'autre à à dire, et comment je n'ai pas besoin de réagir si ça ne me plaît pas, comment je peux simplement respirer... entendre, et laisser passer.

Comment ma partie humaine à besoin de se sentir accueillie autant dans l'ombre et les patterns que dans la lumière...

( parfois je me sens dans l'ultime gossage de la spiritualité qui n'intègre pas l'humanité de notre existence!)

Comme si la vie me test à voir si même quand les autres accueillent pas comment je suis authentiquement, comment moi je peux m'accueillir.



Que se soit le chemin du yoga ou lui du chemin rouge, le chemin des cérémonies.

Je mets en perspective la justesse.

Ces chemins m'apprenent à être la meilleure version de moi-même.

avec tou mon respect, je prie pour le justesse de mes pas.

Le mental explose. Le contrôle perd sens.

Comment honnorer ceux qui ont marchés avant?

Comment partager par amour au-delà du symptome de l'imposteur.

Comment respecter la façon de chacun.

Comment reconnaître que je connais d'autres façons de faire qui s'avèrent plus efficace pour moi mais pas nécessairement pour l'autre.


Je me questionne sur la partie business du yoga et de la prière et des cérémonies.

C'est encore tellement tabou d'en parler.

Pourtant... Ça m'attriste tellement.

Alors que je suis dans un village ou les gens du monde entier viennent nourrir leur côté spirituel, leur chemin de guérison.

J'observe le new âge.

J'observe comme dans tout la corruption.

Ce temps ou les traditions se rencontrent.

Comment tisser le tout en honnorant ceux qui ont marcher avant.

En adaptant à la mentalité et aux besoins de ceux qui ont perdues leur tradition.


J'ai lu un livre qui m'a porté dans de longue réflexion...Neither wolf nor dog.

Un livre sur un homme qui va rencontrer un '' indien'' du nord.

Sa vision de ce qui s'est passé quand les blancs sont débarqués.

La souffrance, les malentendues..

Comment les peuples du monde entier ont un peu passé par là.

La folie de notre blancheur qui veut veut veut toujours plus, égoïstement.

Qui se construit des cages, des châteaux, des structures mentales... pour se protèger de notre propre désir/peur de liberté. Qui pensent que leur vérité est la seule et doit être imposé à tous...

La pollution des bonnes intentions..( qui parfois s'avère dangeureuse)

( J'ai rencontré des gens qui chantent haut et fort en quête de liberté d'être, sans se soucier de la liberté des autres... de ce qui les entourent. Des gens qui prennent ce qui voit comme vérité et qui perdent le sacré des choses en quête de ...

Les limittes sont flous. La vérité est mystique.

Je vois au-delà de notre génétique, la corruption et le coeur bienveillant qui prend soin. )

Je réfléchie sur ces chemins, ces traditions que j'empruntent.

Je prie pour la justesse de mes actes de mes partages..

Je prie pour le pardon, la paix entre les peuples..

C'est gros.

Je comprends que l'amour inconditionnel veut aussi parfois dire mettre des limittes.

Que nous ne sommes pas tous prêts pour tout. Que par amour d'une tradition, parfois, il faut garder secret.

Et dans ce tout de réflexion sur le passé, sur les différents peuples, sur mon identité...

Je rencontre aussi le raciste.

C'est pas évident d'être dans un petit village et de sentir que parceque je suis blanche, je suis le corona virus lui-même dévalant dans la rue.

Je me sens hors place, habitante de la terre, mais aussi, je réflexionne l'étrangère.

Je compassionne pour cette division que nous créons.


Je ne fait que rencontrer et questionner ma vérité.

Et je n'ai le contrôle sur rien.

Sinon sur être ce qui me fait sens.



La musique qui me berce et m'aide à utiliser les vibrations de vie.


Je ne suis pas une shamane, je ne suis pas une yogi, je suis ici pour partager les savoirs, mon expérience, ce qui me fait sens, ma vérité.

En esperant que ça t'inspire la rencontre de ta vérité.

Nous sommes là-dedans ensemble. Que l'on puisse se souvenir de la puissance du cercle, se supporter, se souvenir ensemble, comment prier et prendre soin.

Au-delà de l'égo et de l'argent, la prière pour que l'humain retrouve son honneur et son harmonie avec la nature est sincère.

Que chacun retrouve son pouvoir, sa voix, dans le respect du tout.

À chacun sa vérité, son chemin vers la paix.

À chacun sa façon.

Trouve ton bliss et cultive le .

<3





67 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout